castafiore

Nous voilà donc avec un outil de plus dans notre boite à outils. 

Pour bien nous en servir nous allons voir, tout d’abord, comment il fonctionne et pour cela je vais vous raconter une petite histoire. 

M… est une charmante jeune femme qui fréquente les endroits chics bien qu’elle n’ait pas de gros moyens. Son rêve serait de rencontrer un homme suffisamment nanti pour lui permettre de vivre cette vie sans avoir à s’inquiéter de l’argent. Elle décide un jour, face à de multiples déconvenues sentimentales dont elle n’a pas repéré la source, d’entamer une analyse des rêves afin de savoir pourquoi. 

Nous n’allons pas reprendre son cursus onirique mais nous allons étudier un de ses rêves, afin de comprendre ce qu’est le retrait de projection : 

je rentre dans une banque et me dirige vers le guichet. Au même moment une femme bien habillée, une grosse américaine qui pue le fric, arrive. L’employé s’adresse à elle qui me passe devant. Je ne supporte pas ce genre de femmes et je suis en colère parce que grâce à son argent elle peut tout se permettre et moi je dois attendre”. Et c’est vrai, dit-elle en commentaire de son rêve, je n’aime pas du tout ce genre de comportement. 

Dans l’analyse des rêves, le but est de prendre conscience des aspects inconscients qui jouent leur vie en nous. 

Dans ce rêve, le personnage inconscient qui nous est révélé est une femme pleine de fric et qui abuse en quelque sorte du statut que cela lui donne. Nous pointons à M… cet aspect d’elle qu’elle refuse catégoriquement : “Je ne suis pas comme ça, pas du tout”. Non, effectivement, elle n’est pas aussi riche, ni aussi grosse, mais…

Quelque jours plus tard, en compagnie de M… nous nous retrouvons à la caisse d’un supermarché et la caissière ne peut pas rendre la monnaie totalement : il manque 5 centimes car la caisse centrale du magasin n’a plus de pièces de 5 centimes. M… n’hésite pas une seconde, se campe sur ses deux pieds, les bras croisés et annonce : “Et bien, je ne bougerai pas d’ici tant que vous ne m’aurez pas rendu mes 5 centimes”. Peu à peu la file d’attente s’allonge derrière nous tandis que la caissière explique qu’elle n’y peut rien, il n’y a plus de pièces de 5 centimes à la caisse centrale : “S’il me manquait 5 centimes pour payer vous ne me laisseriez pas partir avec la marchandise”, argument-t-elle pour expliquer son attitude. Et, la queue continue de s’allonger tandis qu’elle campe sur sa position devant la caissière démunie. Finalement les personnes près d’elle, après quelques échanges de monnaie, permettent à la caissière de lui rendre sa pièce tant désirée. 

“Alors, as-tu vu “la grosse américaine” cette fois?”, lui dis-je.

“Hein? Où? Pourquoi?”

“Parce que grâce à ton argent, tu as fait comme elle, et même mieux qu’elle, tu as fait attendre toute une file de personnes selon ton bon désir”. 

Bien que M… n’ait pas d’argent, elle avait manifesté un comportement similaire, sans même en avoir conscience, dans un scénario spécialement mis en place pour elle, à sa mesure. Ce comportement qu’elle ne supportait pas chez l’autre, ailleurs, était, avant tout ici, en elle. 

Voilà un exemple simple de projection. Cela s’est passé dans un rêve mais la réaction de M… aurait été la même si la scène s’était déroulée dans sa réalité quotidienne. 

Et maintenant que cela est vu, il suffit de faire le retrait de projection c’est à dire : reconnaître cet aspect en soi-même, le voir et voir que c’est cela que nous ne supportons pas, ce comportement ici, en nous et pas ailleurs. Ce ne sont pas les détails qui comptent comme la “grosse” (M… est mince), américaine (M… est française), la quantité d’argent (M… n’a pas beaucoup d’argent), c’est à dire la forme, ce qui compte c’est le fond. 

Le premier pas est cette reconnaissance. Une fois que cela est vu, la plupart du temps cela suffit à faire cesser le comportement, en tout cas cela suffit pour ne plus réagir face à un tel comportement. 

Non, M… n’a toujours pas vu la “grosse américaine pleine de fric” en elle…